Apprentis d'Auteuil
Sens et Finances - Le journal de la Philanthropie d'avenir
Sens et Finances - Le journal de la Philanthropie d'avenir

Le mécénat pour exprimer une responsabilité sociale complète

Publié le 23/11/2015

Jean-Jacques_AillagonLa Fondation Apprentis d’Auteuil illustre avec force, la puissance de l’initiative privée quand, mue par des considérations philanthropiques, elle sait se mobiliser pour des causes d’intérêt général. En proposant au Parlement de voter la loi qui est devenue la loi du 1er août 2003 que certains veulent bien appeler la « Loi Aillagon », j’ai souhaité que cette mobilisation de la société prenne, dans notre pays, encore plus d’ampleur. J’étais en effet persuadé que si les collectivités publiques, notamment l’état, avaient la responsabilité éminente de soutenir et de promouvoir tout ce qui concerne les intérêts partagés par tous ceux qui constituent notre société, il ne fallait pas méconnaître la capacité d’autres acteurs, les particuliers, les associations, les fondations et les entreprises, d’y concourir de façon déterminante. C’est cette philosophie du partage de la responsabilité qui a été le moteur de l’élaboration du projet de loi. C’est elle que j’ai voulu faire partager par la représentation nationale.

S’agissant de l’engagement des entreprises, il fallait, outre la mise en place d’un régime incitatif de réduction d’impôts, tout simplement affirmer le caractère légitime du mécénat qu’elles pourraient mettre en oeuvre, quel qu’en soit l’objet pourvu qu’il participe à l’épanouissement culturel, éducatif, sanitaire, social, sportif, etc., de la société. On mettait ainsi fin à la présomption d’abus de bien social qui pouvait frapper le mécénat des entreprises dans les dispositifs antérieurs à la loi de 2003. Cette sécurisation du mécénat a, de toute évidence, constitué un progrès. Elle était nécessaire pour qu’il soit clair que l’état considérait bien qu’outre les missions que leur assigne leur objet social, les entreprises étaient bien appelées à exercer une responsabilité sociale complète, large, convaincue, bienfaisante. Je forme naturellement le voeu qu’elles soient de plus en plus nombreuses à prendre acte de l’importance de la capacité qui leur a ainsi été donnée et qu’elles en orientent les effets vers des structures telles que la Fondation Apprentis d’Auteuil.

Jean-Jacques Aillagon,
Ancien Ministre de la Culture et de la Communication

Récemment

Dossier – Insertion professionnelle et insertion sociale, même combat pour notre jeunesse

Publié le 30/03/2017

Depuis plus de 150 ans, la fondation Apprentis d’Auteuil est au service de la jeunesse en difficulté. Sa longue expérience lui permet aujourd’hui de dépasser son strict cadre d’intervention, pour se mettre au service des NEET, ces jeunes en déshérence de plus en plus nombreux, et qu’il faut remobiliser. La méthode Apprentis d’Auteuil, avec un accompagnement […]

Sur le même sujet

Ensemble pour des Etats Généraux de l’Education

Publié le 30/03/2017

Le chômage des jeunes s’enracine dans notre société, phénomène qui exclut un peu plus encore ceux qui se trouvent très tôt en situation de grande précarité. Apprentis d’Auteuil, par la voix de son directeur général Nicolas Truelle, appelle à une véritable alliance éducative ainsi qu’à des Etats Généraux de l’Éducation. Voir et signer la pétition […]

Haut de page