Apprentis d'Auteuil
Sens et Finances - Le journal de la Philanthropie d'avenir
Sens et Finances - Le journal de la Philanthropie d'avenir

Ensemble pour des Etats Généraux de l’Education

Publié le 30/03/2017

Le chômage des jeunes s’enracine dans notre société, phénomène qui exclut un peu plus encore ceux qui se trouvent très tôt en situation de grande précarité. Apprentis d’Auteuil, par la voix de son directeur général Nicolas Truelle, appelle à une véritable alliance éducative ainsi qu’à des Etats Généraux de l’Éducation.

Voir et signer la pétition sur change.org

Aujourd’hui la France compte près de 2 millions de jeunes âgés de 15 à 29 ans, hors de l’école, sans emploi et sans formation.

Cette population de NEET (not in education, employment or training) représente pas moins de 17% des jeunes de cette classe d’âge en France… 900 000 d’entre eux sont sans aucun diplôme(1). Un gâchis sans nom et un constat d’échec patent pour notre société. Une société qui fabrique une telle exclusion, là où au contraire elle devrait apporter des forces vives à la nation, ne joue pas son rôle. C’est un contre-sens absolu ! Il faut se mobiliser et mobiliser tous ceux qui ont conscience que le fait d’exclure d’emblée plus de 100 000 jeunes par an(2) génère un risque important pour notre société et sa cohésion. C’est un sujet majeur.

Des efforts ont été faits en matière de prévention du chômage, des progrès ont été réalisés et les premiers résultats se font sentir, mais le bilan, encourageant, reste insuffisant : le taux de chômage des jeunes est toujours aussi élevé. Le marché de l’emploi est déjà tellement tendu, qu’il est encore plus difficile pour les jeunes sans qualification ou sans diplôme de parvenir à s’y faire une place et – quand ils ont la chance d’accéder à un emploi- de s’y maintenir. Nous fabriquons une population dont nous nous éloignons et dont nous devons impérativement nous rapprocher. La mobilisation qui s’ensuit nous concerne tous, les parents, l’école, mais aussi l’entreprise. Nous appelons à une véritable alliance éducative.

Trois alliances essentielles pour construire une société viable sur le long terme

La première alliance vise les jeunes eux-mêmes. Quand ils sont confrontés à un parcours d’échecs successifs, il faut trouver le moyen de rétablir leur confiance en eux et dans le monde adulte. Pour cela, il faut considérer le jeune dans sa globalité et dans toutes ses fragilités, pour faire ressortir ses qualités. Cela suppose aussi une deuxième alliance, entre tous les adultes qui l’accompagnent et bien sûr les parents, premiers éducateurs de leurs enfants. C’est la famille qui va donner un premier modèle de cette vie en société.

La troisième alliance est fondamentale pour nous, à Apprentis d’Auteuil. Nous parlons de tous les apprentissages, mais en particulier ceux qui permettent l’insertion dans la vie sociale et professionnelle. Alliance donc avec ceux qui vont employer ces jeunes : les entreprises. Il y a un quiproquo terrible : d’un côté, des jeunes et des familles font confiance à l’école, et de l’autre des chefs d’entreprise qui ne pensent pas que l’école puisse répondre à leurs besoins(3). Il faut trouver un accord de fond entre école et entreprise pour construire une alliance globale avec les jeunes et les familles. Ces alliances supposent de se donner le temps d’une écoute entre tous : jeunes, parents, éducateurs, entreprises et de réfléchir, ensemble, à des solutions.

Il ne s’agit pas de lancer un énième débat sur l’école.

Le sujet de l’éducation est beaucoup plus large et concerne beaucoup plus d’acteurs : alors prenons le temps de l’écoute et remettons le système à plat, une bonne fois pour toutes ! Il est grand temps d’associer toutes les parties prenantes, pouvoirs publics, spécialistes de l’éducation, société civile, philanthropes, entreprises, etc, pour construire un idéal social de long terme.

Le sort de notre jeunesse doit être au cœur du prochain quinquennat.

Signer la pétition sur change.org

Pour participer, ensemble, à une vaste réflexion autour des Etats Généraux de l’Éducation, qu’Apprentis d’Auteuil appelle de ses vœux.

(1) CAE 2013
(2) 110.000 en 2015, Ministère de l’éducation nationale, décembre 2015
(3) Livre Bleu du MEDEF « Le monde change, changeons la France », 2017

INFOS CLÉS :
  • 45% des jeunes arrivant sur le marché du travail ne sont pas formés pour le métier qu’ils occupent
  • Le taux de chômage des jeunes Français est passé de 7% à 24% en 40 ans (1975-2015)
  • Source : Rapport France Stratégie « L’insertion professionnelle des jeunes », janvier 2017

Récemment

Dossier – Insertion professionnelle et insertion sociale, même combat pour notre jeunesse

Publié le 30/03/2017

Depuis plus de 150 ans, la fondation Apprentis d’Auteuil est au service de la jeunesse en difficulté. Sa longue expérience lui permet aujourd’hui de dépasser son strict cadre d’intervention, pour se mettre au service des NEET, ces jeunes en déshérence de plus en plus nombreux, et qu’il faut remobiliser. La méthode Apprentis d’Auteuil, avec un accompagnement […]

Sur le même sujet

Prendre le parti des jeunes

Prendre le parti des jeunes

Publié le 8/12/2016

Il est urgent de réinventer, de « réenchanter » notre organisation sociale pour faire, enfin, une place aux jeunes. Antoine Dulin, 32 ans, vice-président du Conseil économique, social et environnemental (CESE) en appelle à un Grenelle de la Jeunesse. Non, la précarisation des jeunes n’est pas une fatalité, elle peut être évitée. Mais la situation se dégrade […]

Haut de page