Apprentis d'Auteuil
Sens et Finances - Le journal de la Philanthropie d'avenir
Sens et Finances - Le journal de la Philanthropie d'avenir

Devant l’incertitude quant au maintien de l’ISF, des dons en baisse

Publié le 30/03/2017

Le 4ème baromètre Ipsos pour Apprentis d’Auteuil concernant les dons-ISF est formel : les redevables à l’impôt sur la fortune sont attachés au dispositif fiscal de réduction d’impôt.

Difficile de savoir s’ils continueraient à donner autant aux œuvres caritatives si l’ISF était supprimé.

Les assujettis à l’ISF sont attachés aux réductions d’impôts qu’ils peuvent obtenir en faisant des dons aux œuvres caritatives. C’est ce qui ressort de la 4ème enquête annuelle menée par Ipsos pour Apprentis d’Auteuil (305 personnes redevables de l’ISF interrogées). 82% de ces contribuables plutôt fortunés déclarent en effet avoir fait un don d’argent à une fondation ou organisme caritatif en 2016. Pour la grande majorité d’entre eux (81% des sondés), ils distribuent leurs dons à plusieurs organismes, et sont même 78% à être d’un soutien fidèle en gratifiant les mêmes œuvres caritatives d’une année sur l’autre. Deux secteurs ont plus généralement leur faveur : l’aide au plus démunis (34% des dons) et la santé ou la recherche médicale (27%).

Des dons en baisse pour la 2ème année consécutive

Seule ombre au tableau, depuis 24 mois, la contribution des donateurs ISF est en baisse : 2 519 euros en moyenne en 2014, 2 297 euros en 2015 et 2 180 euros en 2016. Les en sont complexes : conjoncture économique, attentats du 13 novembre à Paris, … Mais, une chose est sûre, le recul de la collecte n’est pas dû à la méconnaissance des mécanismes de réduction d’impôt : 88% des personnes interrogées connaissent le dispositif « ISF-Dons » (+4% depuis un an), et ils y sont même très attachés. 87% d’entre eux considèrent ce dispositif comme utile, 83% comme facile à mettre en œuvre, et surtout, ils sont 74% à le trouver financièrement intéressant, soit 6% de plus que l’année dernière. Le niveau de confiance dans les organismes d’intérêt général est variable, mais comme chaque année, Apprentis d’Auteuil tire son épingle du jeu : 90% des donateurs lui font en effet confiance pour bien utiliser les ressources issues des dons.

La réduction d’ISF joue un rôle important

La campagne pour l’élection présidentielle a relancé le débat sur la suppression de l’ISF. Que devient en effet la réduction d’impôt, si l’ISF est supprimé ? Devant l’incertitude, les redevables sont 47% à préférer attendre le résultat de l’élection, en mai, avant d’effectuer leur don. Et, quand on leur demande quelle attitude ils adopteraient si l’ISF était supprimé, 60% des donateurs affirment qu’ils envisagent le maintien de leurs dons, 23% des dons plus importants et 17% des dons plus faibles.

Cependant, un biais est à craindre car 55% des donateurs considèrent que la réduction d’ISF pour les dons est déterminante.

C’est encore plus vrai auprès des plus généreux, ceux qui effectuent un don de plus de 1 000 euros : 68% considèrent la réduction d’ISF comme essentielle. Les donateurs soulignent aussi la nécessité d’un mécanisme compensatoire si le don ISF était supprimé. Une très large majorité d’entre eux (88%) juge importante la mise en place d’un dispositif compensatoire pour continuer à donner autant qu’aujourd’hui. De l’aveu des donateurs, un tel dispositif est une condition nécessaire pour continuer à financer des actions d’intérêt général par leurs dons. A bon entendeur…

L.P.

Récemment

Dossier – Insertion professionnelle et insertion sociale, même combat pour notre jeunesse

Publié le 30/03/2017

Depuis plus de 150 ans, la fondation Apprentis d’Auteuil est au service de la jeunesse en difficulté. Sa longue expérience lui permet aujourd’hui de dépasser son strict cadre d’intervention, pour se mettre au service des NEET, ces jeunes en déshérence de plus en plus nombreux, et qu’il faut remobiliser. La méthode Apprentis d’Auteuil, avec un accompagnement […]

Sur le même sujet

Interview Franck Van Hassel – En pratique, il sera difficile de supprimer l’ISF payable au printemps 2017

Publié le 30/03/2017

En pratique, il sera difficile de supprimer l’ISF payable au printemps 2017 Le nouveau Président de la République, élu en mai 2017, pourrait-il supprimer l’ISF payable au printemps 2017 ? Juridiquement, oui, par une loi de finances rectificative dont les dispositions entreraient en vigueur rétroactivement au 1er janvier 2017. En pratique, c’est beaucoup plus compliqué, voire […]

Haut de page