Apprentis d'Auteuil
Sens et Finances - Le journal de la Philanthropie d'avenir
Sens et Finances - Le journal de la Philanthropie d'avenir

Dossier – Insertion professionnelle et insertion sociale, même combat pour notre jeunesse

Publié le 30/03/2017

Depuis plus de 150 ans, la fondation Apprentis d’Auteuil est au service de la jeunesse en difficulté.

Sa longue expérience lui permet aujourd’hui de dépasser son strict cadre d’intervention, pour se mettre au service des NEET, ces jeunes en déshérence de plus en plus nombreux, et qu’il faut remobiliser. La méthode Apprentis d’Auteuil, avec un accompagnement social global et personnalisé, fait ses preuves.

La campagne électorale française commence à effleurer la question des jeunes marginalisés qui ne sont ni à l’école, ni en formation, ni dans un emploi, autrement appelés NEET (not in education, employment or training) par les anglo-saxons. Ils sont désormais près de deux millions en France, soit plus de 17% de la tranche d’âge des 15-29 ans*. Dans leur grande majorité, ils sont très faiblement qualifiés : 85% n’ont pas dépassé le lycée et 42% le collège*.

La question n’est pas seulement de les remettre au travail, il s’agit surtout de parvenir à les insérer dans la société d’aujourd’hui, de leur redonner confiance en eux et dans les autres, pour qu’ils réapprennent à voler de leur propres ailes.

De simples établissements scolaires ou centres de formation ne suffisent plus. Ces jeunes, hyper fragilisés, ont besoin d’un accompagnement global renforcé et personnalisé sur le plan de l’insertion professionnelle mais aussi et surtout de l’insertion sociale et affective.

REDONNER LA CONFIANCE

Les institutions ou organismes compétents pour traiter le problème dans son ensemble se comptent sur les doigts d’une main. Apprentis d’Auteuil est de ceux-là. La fondation qui administre plusieurs types d’établissements, a la plus grande expérience de la jeunesse en difficulté. Dans ses Maisons d’Enfants à Caractère Social (MECS), où vivent les jeunes qui lui sont confiés par les services sociaux ou le juge, mais aussi dans ses Internats Éducatifs et Scolaires, comme dans ses établissements scolaires plus classiques, le conseil et l’accompagnement personnalisés priment, avec la volonté de redonner la confiance aux jeunes.

La fondation croit en cette philosophie et veut la mettre au service des jeunes décrocheurs et des NEET pour les sortir de leur isolement social. Elle propose de co-construire des dispositifs d’insertion avec tous ceux qui veulent agir (communes, régions, entreprises, etc.), dans lesquels elle prend en charge tout l’aspect d’insertion sociale des jeunes. Elle gère tous les facteurs qui peuvent parasiter la vie d’un jeune en difficulté (problèmes d’argent, de santé, de famille, de logement, etc.), pour qu’il parvienne à se concentrer sur le dispositif de formation qui lui est proposé, et qui est souvent sa dernière chance de s’en sortir.

ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISÉ ET BIENVEILLANT

Ce type de dispositif, mêlant formation et accompagnement social, a été investi par les entreprises issues de différents secteurs d’activité, telles que le Groupe Monnoyeur ou FM Logistic. Chaque jeune dispose d’un conseiller référent de la fondation qui assure le lien avec les formateurs et tuteurs au sein de l’entreprise.

Les équipes d’Apprentis d’Auteuil, via sa filiale Auteuil Formation Continue, et celles de l’entreprise partenaire, pilotent main dans la main la mise en œuvre du dispositif. Celui-ci comporte 3 étapes : le sourcing (information auprès des jeunes via les acteurs institutionnels de l’insertion et de l’emploi), la préqualification (mise à niveau des connaissances requises, validation de la motivation des bénéficiaires, découverte du métier) et la qualification (formation en contrat de professionnalisation, alternant temps de formation avec la fondation et pratique au sein de l’entreprise).
La valeur ajoutée est plurielle : d’abord humaine car ce dispositif permet aux jeunes les plus éloignés de l’emploi de réussir leur entrée dans la vie active. Ensuite, citoyenne puisqu’il permet d’associer responsabilité sociale de l’entreprise et enjeux de recrutement. Mais également fédératrice par sa capacité à mobiliser les salariés de l’entreprise partenaire autour d’un engagement fort. Enfin, sociale car il prévient la désaffection de ces jeunes à l’égard de l’emploi ou leur relégation future dans des emplois précaires.

APPORTER LE CADRE ET LA MÉTHODE

Autre exemple, le dispositif « Réussir Vendée », qui a d’ailleurs inspiré « Réussir Angers ». Ici, ce sont cinq entreprises vendéennes qui, via un dispositif construit par Apprentis d’Auteuil, ont permis à 60 jeunes décrocheurs de 16 à 25 ans de réaliser un stage de 3 à 4 semaines dans l’une des trente entreprises partenaires locales. Cet accompagnement, à nouveau social et professionnel, permet aux jeunes de reprendre pied et d’obtenir une formation qualifiante, voire leur premier emploi.

À plus grande échelle encore, le dispositif « Oasis » a été mis en place en avril 2015, en Haute-Garonne, suite à un appel à projet de l’Union Européenne. Les décrocheurs sélectionnés suivent une formation de 4 mois, l’objectif étant de les accompagner vers l’emploi. Ils mettent en œuvre les projets qu’ils se sont choisis, et pour lesquels ils sont minutieusement accompagnés.

« Le dispositif est hyper personnalisé et centré sur le jeune, sur son objectif et sur les moyens de l’atteindre. Nous prenons le jeune dans sa globalité et nous lui redonnons un but, en lui apportant le cadre et la méthode. Les résultats sont très positifs, dans plus de 50% des cas, ils retrouvent le chemin de l’emploi ou de la formation », conclut Thomas Marchesin, coordinateur du dispositif « Oasis ».

Lucile Perlemuter

*L’Emploi des jeunes peu qualifiés en France, CAE, 2013

Récemment

Ensemble pour des Etats Généraux de l’Education

Publié le 30/03/2017

Le chômage des jeunes s’enracine dans notre société, phénomène qui exclut un peu plus encore ceux qui se trouvent très tôt en situation de grande précarité. Apprentis d’Auteuil, par la voix de son directeur général Nicolas Truelle, appelle à une véritable alliance éducative ainsi qu’à des Etats Généraux de l’Éducation. Voir et signer la pétition […]

Sur le même sujet

Le permis de conduire, un moyen de remobiliser les jeunes les plus en difficulté

Publié le 30/03/2017

Les entreprises ont un rôle sociétal à jouer. C’est ce que veulent faire valoir les mécènes de « Réussir Angers », dispositif d’insertion socio-professionnelle des jeunes des quartiers prioritaires d’Angers, qui relie mobilité et motivation. « Réussir Angers » est un dispositif malin. L’objectif des entrepreneurs locaux qui l’ont mis en place ? Améliorer l’insertion socioprofessionnelle […]

Haut de page