Apprentis d'Auteuil
Sens et Finances - Le journal de la Philanthropie d'avenir
Sens et Finances - Le journal de la Philanthropie d'avenir

Dossier – Prévenir les multiples cas de rupture des jeunes en difficulté

Publié le 15/12/2016

Les difficultés susceptibles de plonger les jeunes dans la rupture sociale sont multiples, et pourtant elles prennent toutes le même visage aux yeux de la société : celui de l’échec. Apprentis d’Auteuil n’attend pas la fracture consommée pour mettre en place des dispositifs ayant pour but de faire de ces jeunes, des adultes apaisés et socialement insérés. La fondation considère qu’il faut agir, sur le mode de la prévention, sur l’ensemble des facteurs qui risquent de faire glisser les jeunes vers la rupture sociale.

Prévenir les multiples cas de rupture des jeunes en difficulté

« Nous sommes là aussi pour restaurer la confiance qu’ils ont en eux »

Les chiffres sont assourdissants. Aujourd’hui en France, 5ème économie mondiale, 3 millions de jeunes mineurs vivent sous le seuil de pauvreté, 110 000 quittent le système éducatif sans diplôme chaque année, et près d’un jeune sur 4 (15-24 ans) est au chômage, le double pour ceux qui n’ont aucun diplôme… Pour la jeunesse fragilisée, les accidents de parcours sont lourds de conséquences. Depuis 150 ans, grâce aux dons privés, Apprentis d’Auteuil développe des initiatives pour trouver une solution à chaque fragilité, à chaque histoire. La philosophie de son action est préventive, en jouant sur tous les tableaux : scolarité, formation professionnelle, éducation, affectif. Les professionnels de la fondation prodiguent aux jeunes un soutien de tous les instants pour éviter un nouveau décrochage, chez des jeunes déjà largement éprouvés par la vie. « Ils sont à fleur de peau. Nous sommes là aussi pour restaurer la confiance qu’ils ont en eux, dans les adultes et dans le monde qui les entoure ; mais aussi, à force d’attention et de bienveillance, pour prévenir toute nouvelle rupture », selon Albert Sabat, responsable de la médiation éducative à la fondation.

COMBATTRE L’ISOLEMENT SOCIAL

Tous les dispositifs d’Apprentis d’Auteuil tendent vers ce double objectif : sortir les jeunes de la spirale de l’échec et éviter qu’ils n’y retombent. Parfois un simple coup de pouce aux familles suffit. Outre la détresse matérielle, c’est leur isolement social qu’il faut combattre, l’isolement de parents totalement démunis face aux difficultés scolaires ou comportementales de leur enfant. Pour les aider en amont, la fondation a créé un service d’aide téléphonique, Ecoute Infos Famille, mais aussi des Maisons des familles, espaces de parole où les parents reçoivent des conseils professionnels et s’entraident de pair à pair. Mais le plus souvent, il faut composer avec la détresse familiale, notamment lorsque les enfants sont placés en maison d’enfants à caractère social (MECS). En donnant du sens au placement, en s’appuyant sur les compétences existantes et en projetant parents et enfants sur la perspective d’un retour à domicile, une fois traités les motifs du placement. « Chez les petits, retirés à leurs parents et placés par le juge dans l’une de nos MECS, il s’agit de limiter la rupture, en préservant le lien parent-enfant, dans la mesure du possible, en les associant à la construction du parcours personnalisé de leur enfant et sa mise en œuvre », dit Jean-Pierre Sauvageot, directeur de la MECS La Providence-Miséricorde à Rouen.

PRÉVENIR LE DÉCROCHAGE SCOLAIRE

A l’école, il faut redoubler d’attention pour repérer les risques de rechute. Comment suivre en classe et faire ses devoirs quand ses parents sont absents ou qu’ils ne parlent pas le français, quand on n’a pas d’endroit pour étudier au calme ? Les internats éducatifs et scolaires (IES) de la Fondation Apprentis d’Auteuil participent de la prévention du décrochage. Au-delà de l’hébergement, ces IES offrent aux écoliers, collégiens et lycéens un véritable encadrement bienveillant. Les éducateurs font le lien entre apprentissages scolaires et apprentissages sociaux à travers diverses activités de remobilisation, lien avec la famille et épaulement dans la scolarité. Et pour éviter que les jeunes qui rencontrent des difficultés à l’école ne soient poussés dans des filières professionnelles qu’ils n’ont pas choisies, « Apprentis d’Auteuil a également créé des collèges « de toutes les réussites » dans lesquels nous avons mis en place une pédagogie innovante. Le jeune s’y construit le projet qui lui correspond, grâce au dialogue avec tous ceux qui marchent à ses côtés : enseignants, éducateurs, psychologues, services sociaux et parents », dit Marie-Claude Reffle, directrice coordonnatrice des établissements Saint-Roch.

ACCOMPAGNER LE PASSAGE A LA VIE ADULTE

Quand vient l’heure de l’insertion sociale et professionnelle, la fondation accompagne les jeunes en difficulté pour franchir les étapes de la vie d’adulte : trouver un logement, accéder au système de santé, passer le permis de conduire… Ces rituels de passage à la vie d’adulte pourraient en fait s’avérer de véritables barrières pour des jeunes isolés. Pour y remédier, Apprentis d’Auteuil co-construit des programmes d’insertion professionnelle avec des mécènes (lire ci-dessous). Afin d’éviter le saut dans le vide, à 18 ans, au moment où l’aide sociale publique à l’enfance leur est brusquement retirée, la fondation a également créé des dispositifs de transition où les jeunes « peuvent obtenir le soutien nécessaire dans toutes leurs démarches d’insertion socio-professionnelle », dit Cécile Valla, responsable de ce projet baptisé « La Touline ». Autant d’initiatives qui entourent les jeunes fragilisés d’une logique de prévention plutôt que de guérison. Pour que leur avenir ne soit pas happé par une spirale d’échecs, pour qu’ils construisent une véritable vie d’adulte, pour une société plus bienveillante envers ces citoyens de demain.

Lucile Perlemuter

Récemment

Dossier – Insertion professionnelle et insertion sociale, même combat pour notre jeunesse

Publié le 30/03/2017

Depuis plus de 150 ans, la fondation Apprentis d’Auteuil est au service de la jeunesse en difficulté. Sa longue expérience lui permet aujourd’hui de dépasser son strict cadre d’intervention, pour se mettre au service des NEET, ces jeunes en déshérence de plus en plus nombreux, et qu’il faut remobiliser. La méthode Apprentis d’Auteuil, avec un accompagnement […]

Sur le même sujet

Le permis de conduire, un moyen de remobiliser les jeunes les plus en difficulté

Publié le 30/03/2017

Les entreprises ont un rôle sociétal à jouer. C’est ce que veulent faire valoir les mécènes de « Réussir Angers », dispositif d’insertion socio-professionnelle des jeunes des quartiers prioritaires d’Angers, qui relie mobilité et motivation. « Réussir Angers » est un dispositif malin. L’objectif des entrepreneurs locaux qui l’ont mis en place ? Améliorer l’insertion socioprofessionnelle […]

Haut de page