Apprentis d'Auteuil
Sens et Finances - Le journal de la Philanthropie d'avenir
Sens et Finances - Le journal de la Philanthropie d'avenir

Stratégies RSE : quand utilité rime avec efficacité

Publié le 23/11/2015

Sans titre-8


Pour exprimer leur responsabilité, les entreprises investissent désormais dans des actions de mécénat et misent sur des projets à fort impact social. La mesure de cet impact leur permet d’évaluer la pertinence de leurs stratégies RSE. Jacques Attali revient sur cette nécessité, pour chaque entreprise, d’assumer cette responsabilité.

Plus qu’un préalable, la clé de leur pérennité ?

 

Comme de tous les concepts à la mode, je me méfie beaucoup de ce qu’on nomme « la responsabilité sociale et environnementale des entreprises ». D’abord, parce que l’entreprise a d’abord une responsabilité à l’égard de ceux qui y travaillent, de ceux qui lui ont confié leur argent, et de ceux qui consomment ses produits. Et, avant de s’occuper d’autres choses, elles doivent se préoccuper de cela. Une fois assurées leurs missions fondamentales, elles peuvent, elles doivent, s’occuper de la société, au sens large.

 

INCLURE LA GÉNÉRATION FUTURE DANS LA RSE

Là encore, il faut prendre garde : bien des entreprises ont compris que l’opinion publique est si sensible à ces enjeux qu’une action de RSE coûte moins cher qu’une campagne de publicité et peut être plus efficace ; on voit donc des entreprises dépenser un peu d’argent pour cela. On en voit d’autres, à la fois dans leur intérêt et dans celui du monde, associer leurs consommateurs à ces actions en promettant de consacrer une partie de leurs profits à une cause humanitaire, ou même de donner un produit à un défavorisé pour tout produit acheté par un consommateur solvable. Tout cela est anecdotique.

Pour que la RSE soit véritablement cohérente, il faut l’inscrire dans un cadre plus large. Une entreprise doit prendre acte que les parties prenantes ne sont pas seulement les salariés, les consommateurs et les financeurs, mais aussi les générations futures. Si elle inclue cet acteur, alors elle se conduira de façon utile. C’est ce que nous appelons l’économie positive, celle qui est utile aux générations futures. Et la RSE n’est qu’une sous-partie de l’économie positive.

 

AVOIR UNE VISION LONGUE DU MONDE…

Celle-ci n’est pas un acte d’altruisme dangereux pour la survie de l’entreprise. Tout au contraire. Elle est conforme à ses intérêts. Elle l’aide à se penser dans la durée. De plus en plus de financiers le comprennent, qui n’investissent que dans des entreprises prenant en compte l’intérêt des générations suivantes. Ce sera bientôt un impitoyable critère de financement. De même, c’est dans l’intérêt des entreprises, de penser à l’intérêt à long terme de ses salariés, et de les former, pour les préparer sans cesse aux besoins de demain.
De même encore, dit-elle penser aux consommateurs d’après-demain, sans se contenter de créer des besoins en réduisant la durée de vie des objets qu’elle produit et des services qu’elle rend.

Encore faut-il avoir une vision longue du monde dans lequel va vivre l’entreprise.
Pas de RSE crédible sans économie positive. Pas d’économie positive sans vision claire de l’avenir. L’entreprise, comme l’humanité, comme chacun de nous, ne peut faire l’économie de la lucidité.

 

Jacques Attali,
Economiste et écrivain

Récemment

Dossier – Insertion professionnelle et insertion sociale, même combat pour notre jeunesse

Publié le 30/03/2017

Depuis plus de 150 ans, la fondation Apprentis d’Auteuil est au service de la jeunesse en difficulté. Sa longue expérience lui permet aujourd’hui de dépasser son strict cadre d’intervention, pour se mettre au service des NEET, ces jeunes en déshérence de plus en plus nombreux, et qu’il faut remobiliser. La méthode Apprentis d’Auteuil, avec un accompagnement […]

Sur le même sujet

Un engagement fort du Groupe Monnoyeur

Un engagement fort du Groupe Monnoyeur en faveur des jeunes décrocheurs

Publié le 15/12/2016

Les jeunes décrocheurs ont besoin d’un suivi très personnalisé pour s’insérer dans la vie professionnelle. Les équipes d’Apprentis d’Auteuil et celles du Groupe Monnoyeur ont créé un dispositif d’accompagnement global, pour prévenir tout nouveau décrochage. Les résultats sont plus que probants. Les risques de rupture sont multiples dans la vie des jeunes sans formation et […]

Haut de page